La Compagnie Les Signatures, constituée en 2015 par Françoise Gillard, sociétaire de la Comédie-Française, privilégie la création. Ici pas de reprises de spectacles antérieurs, mais des œuvres conçues par des passionnés de théâtre, de danse, de musique, de littérature. Inspirée par ses constantes lectures ou relectures, notre équipe s’attache avant tout à établir des correspondances entre plusieurs disciplines, plusieurs artistes ou plusieurs œuvres.

Théâtre, danse, musique : Françoise Gillard, sociétaire de la Comédie-Française et fondatrice de la compagnie
Activités littéraires : Marc Sebbah, Marion Baude, Nelly Antoine

 

Dialogues de géants

Avec Dialogues de géants, ce sont les relations originales et complexes entre Ivan Tourguéniev, Gustave Flaubert et Pauline Viardot que nous mettons en lumière. A partir de leurs lettres, nous redonnons vie à l’amitié sincère et l’admiration mutuelle qui liaient Flaubert à Tourguéniev, et Tourguéniev à Pauline dont il était très amoureux. En dialogue – si ce n’est en débat ! – permanent, les deux écrivains et la cantatrice partageaient le même culte des Arts et la même exigence. Notre lecture-spectacle, portée sur scène par des comédiens de la Comédie-Française, fait apparaître le climat d’entraide, de tendresse et d’humour qu’ils ont su instaurer entre eux pour composer pour mieux composer les chefs-d’œuvre qu’on leur connaît.

Parce que j’en avais besoin

Décrivant l’amitié naissante de Bouvard et Pécuchet, Flaubert écrit : “Chacun en écoutant l’autre retrouvait des parties de lui-même oubliées.” C’est cette notion que questionne Françoise Gillard dans sa création Parce que j’en avais besoin, qui met en scène deux comédiens, un comédien-musicien et une musicienne. Avec la finesse et l’empathie caractéristiques de ses œuvres précédentes, L’Autre et Signature, Françoise Gillard oriente notre regard vers ce besoin essentiel qui demeure l’un des socles de l’existence humaine : la recherche d’un ami. Donné en coproduction avec la Maison des Arts de Créteil et le théâtre des Bernardines à Marseille, Parce que j’en avais besoin est un spectacle hybride qui tisse la danse, la musique et le théâtre.

Manon Roland, une vie de passions

Enthousiasmée par la lecture des innombrables lettres de Madame Roland, puis de ses mémoires écrites dans les quatre mois précédant son exécution, la Compagnie Les Signatures crée ensuite Manon Roland, une vie de passions. On peut y voir Manon, enfant puis adolescente, se réfugier dans son “asile”, réduit qui lui sert de salon de lecture où elle dévore tous les livres qu’elle réussit à se procurer. Fervente admiratrice de Plutarque et Rousseau, elle se forge grâce à eux une philosophie qui l’accompagnera tout au long de sa vie de femme. Loin des leçons d’histoire, dans la confidence de ses lettres, notre lecture-spectacle rend hommage à la personnalité hors du commun de Manon Roland, fille des Lumières devenue héroïne de la Révolution Française.

Ma sœur, mon absente

Enfin, plus récemment, notre équipe littéraire découvre avec émotion L’autre fille, d’Annie Ernaux, et Une amie de famille de Jean-Marie Laclavetine. Ces deux récits, portant sur le sujet tragique et autobiographique de la disparition d’une jeune sœur, donnent à entendre un écho très troublant. Assez pour frapper les deux auteurs eux-mêmes, qui donnent volontiers carte blanche à la Compagnie Les Signatures pour la création du montage de leurs textes. Dans Ma sœur, mon absente, leurs deux émouvants témoignages s’entrelacent délicatement autour de la disparition, fondatrice chez l’un et l’autre de l’écriture.