Annie ERNAUX, L’Autre FilleJean-Marie LACLAVETINE, Une amie de la famille : lecture croisée

En 2011, NiL Editions demande à un certain nombre d’écrivains de constituer la collection créée par Claire Debru « Les Affranchis », avec cette consigne : Ecrivez la lettre que vous n’avez jamais écrite. C’est Annie Ernaux qui inaugure cette collection avec L’Autre Fille. NiL Editions réédite l’ouvrage en 2018. Cette même année 2018, Jean-Marie Laclavetine publie chez Gallimard Une amie de la famille.

La découverte de ces deux livres révèle à l’équipe littéraire de la compagnie Les Signatures, Nelly Antoine, Marc Sebbah et Marion Baude, l’étonnante proximité du sujet traité par les écrivains. Cela les conduit, au terme d’une lecture attentive et troublante, à rapprocher L’Autre Fille et Une amie de la famille, en mettant en lumière ce qui les relie et ce qui les distingue. Dans les deux cas, il s’agit, après une très longue période de silence, 60 ans pour Annie Ernaux et 50 ans pour Jean-Marie Laclavetine, de mettre fin à un secret. Pour la première, celui de la mort d’une jeune sœur frappée par la diphtérie, survenue deux ans et demi avant sa naissance. Pour le second, celui de la noyade accidentelle sous ses yeux, de sa sœur âgée de 20 ans, fauchée par une vague de la « Chambre d’amour » à Biarritz. Deux écrivains, deux livres qui décrivent des trajets identiques faits d’incompréhension, de douleur, de secret, d’interrogations, et qui témoignent de la volonté de rompre le silence pour partir à la découverte de celle qui n’est plus, d’où le titre de ce projet Ma sœur, mon absente. Un montage d’extraits des deux livres destiné à être lu en public avec le concours des écrivains eux-mêmes et, pour la lecture, de celui de comédiens réputés.

L’accueil d’Annie Ernaux et de Jean-Marie Laclavetine a été enthousiaste. De leur côté, Françoise Gillard et Hervé Pierre, tous deux sociétaires de la Comédie-Française, ont donné leur accord pour participer à la lecture.

La compagnie Les Signatures a l’intention de proposer cette lecture croisée à la Fondation d’entreprise La Poste et à la MGEN avec le soutien desquelles elle a déjà monté d’autres événements comme Dialogues de géants autour de la correspondance entre Ivan Tourgueniev, Gustave Flaubert et Pauline Viardot et Manon Roland, une vie de passions sur le thème de la vie et du destin exceptionnel d’une jeune fille héritière des Lumières devenue une femme héroïne de la Révolution Française.

L’originalité de ce nouveau projet autour d’Annie Ernaux et Jean-Marie Laclavetine réside dans l’entrelacs de leurs deux témoignages – admirablement écrits – soucieux de rendre compte d’un événement essentiel de leur vie ayant conditionné une large part de leur existence. La souffrance de l’un répond à celle de l’autre, comme dans une chambre d’écho. Avant que, la douleur dominée, revienne le temps de la sérénité.

Cet événement pourrait être programmé en 2020.

ANNIE ERNAUX, L’Autre Fille

Annie Ernaux a publié une vingtaine de livres dont La Place, Prix Renaudot 1984. Son œuvre couronnée de plusieurs distinctions (en 2008 Prix Marguerite Duras, François Mauriac et Grand Prix de la littérature française, en 2017 Prix Marguerite Yourcenar), saluée chaque fois par un public fidèle et conquis, révèle l’intention de l’auteure de « sauver quelque chose du temps où l’on ne sera plus jamais ». Récits courts, style épuré où tous les mots sont précis et posés, font d’Annie Ernaux l’un des écrivains français les plus connus aujourd’hui.

L’autre fille a été jouée à Béthune, à Paris au Petit Hébertot ainsi qu’en Avignon. Des comédiennes telles que Laurence Mongeaud et Marianne Basler ont prêté leur voix à ce très beau récit. Comme une suite à l’interprétation remarquée de L’Evènement – autre ouvrage d’Annie Ernaux – par Françoise Gillard, au Studio-Théâtre, l’une des trois scènes de la Comédie Française.

De nombreux articles consacrés à L’autre fille sont parus dans la presse. Le Monde, L’Humanité, La Vie, Télérama, L’Obs… ont salué la sortie puis la réédition d’un livre très personnel à la résonance collective, dans le plus pur style d’une œuvre dont le vaste mouvement embrasse la vie sociale de notre époque.

JEAN-MARIE LACLAVETINE, Une amie de la famille

Jean-Marie Laclavetine est l’auteur d’une trentaine d’ouvrages, romans et nouvelles distingués par le Prix François Mauriac en 1991, le Prix Goncourt des lycéens en 1993 et le Grand Prix de la Nouvelle de l’Académie Française en 1994.

Une Amie de la famille a fait l’objet de nombreuses critiques parues notamment dans Le Monde, Les Echos, Le Figaro, La Croix, L’Obs… Sans se départir de l’exigence, du sens du détail ni même de l’humour propres à Jean-Marie Laclavetine, ce récit intime et douloureux marque le tournant autobiographique d’une œuvre empreinte d’humilité.

Jean-Marie Laclavetine est membre du Comité de lecture de Gallimard et directeur de la collection « La Blanche ». Il a édité à ce titre de très nombreux écrivains comme Jean Baptiste Del Amo, Ingrid Astier, Christian Garcia, Daniel Pennac, Muriel Barbéry, David Foenkinos, Carole Martinez, Leila Slimani, Jean-Christophe Rufin… Par ailleurs, il est traducteur de l’italien (Alberto Svinio, Vitaliano Brancati, Leonardo Sciascia, Lara Cardella, Simona Vinci…)

Il est également vice-président de l’Association des Rencontres européennes du Livre de Sarajevo.

Il vient d’être distingué lauréat du Prix Marguerite Duras le 5 octobre 2019, à l’unanimité du jury.

_________________________________________________________________________________________________________________________

Les comédiens

Françoise Gillard se forme au Conservatoire royal de Bruxelles. En 1997, elle entre à la Comédie-Française. En 2002, elle en devient la 507e sociétaire.
Elle obtient en 2000 le prix de la meilleure comédienne décerné par le Syndicat de la critique pour son rôle d’Alarica dans Le Mal court d’Audiberti. En 2002, elle reçoit le prix Suzanne-Bianchetti de la SACD ainsi que le Coq de Cristal de la personnalité belge de l’année. En 2013, le prix Beaumarchais du Figaro la distingue comme la meilleure comédienne pour le rôle-titre dans Antigone d’Anouilh.

En 2019, Françoise Gillard crée Parce que j’en avais besoin, spectacle mêlant la danse, la musique et le théâtre. Elle s’est également illustrée en jouant Gisèle Halimi dans Hors la loi, qui devrait être repris prochainement.
Outre Patamusic-hall, pièce autour des chansons de Boris Vian qui sera donnée au Studio Marigny, on peut voir Françoise Gillard sur les planches de la Comédie-Française dans Jules César et Electre/Oreste. Elle reprend également L’Evénement sur un texte d’Annie Ernaux, seule-en-scène dont la critique avait salué la puissance en 2017.


Après une formation à l’école du Théâtre national de Strasbourg, Hervé Pierre fonde en 1977, avec toute sa promotion, la compagnie le Théâtre du Troc qu’il anime jusqu’en 1981.
Entré dans la troupe de la Comédie-Française en 2007, il en devient le 522e sociétaire quatre ans plus tard. En 2009, le Syndicat professionnel de la Critique de Théâtre, de Musique et de Danse lui décerne le prix du Meilleur comédien pour La Grande Magie d’Eduardo De Filippo, mise en scène par Dan Jemmett.
Comédien, Hervé Pierre l’est aussi pour le cinéma et la télévision. En 2013, il reçoit une mention spéciale au Festival de la fiction TV de La Rochelle pour son rôle dans Meurtre en trois actes.

Cette saison, il joue dans La Conférence des objets ainsi que dans La Vie de Galilée mis en scène par Eric Ruf. Deux belles occasions d’aller applaudir Hervé Pierre, “acteur-monde” selon le propos d’Eric Ruf qui l’avait déjà dirigé dans Peer Gynt en 2012.